Carnet de route

Le berger Daniel et son troupeau

Le 18/07/2010 par Daniel GOUBARD

En ce dimanche matin 18 juillet, le soleil caresse encore doucement les garrigues de Lédenon, mais il n’est pas question de faire la grasse matinée : ce matin, c’est le grand départ de la transhumance vers le Jura ! Le berger Daniel Goubard rassemble son troupeau, une douzaine de brebis, et remonte la vallée du Rhône, lentement et tenant tête courageusement au mistral.
Ah ! on peut dire qu’il les aime, ses bêtes, et qu’il en prend soin ! Après les avoir installées au gîte Vacher (véridique !), à Lelex, il leur fait faire le tour du village, histoire de repérer les lieux. Pour leur arrivée, il autorise même une petite coupe de glace… Mais surtout, il les emmène sur les plus beaux
sommets du Jura, sur ces crêtes douces où l’herbe, arrosée de l’eau de la fonte des neiges, est plus verte, et où l’air, venu de Suisse ou des Alpes, est plus frais et plus pur… La preuve, sur les pentes du Reculet,
avant de remonter au Crêt de la Neige, le troupeau a croisé quelques chamois ! Et ce n’est pas un hasard si c’est dans ce pays qu’on fabrique le bleu de Gex et tant d’autres bons fromages.
D’ailleurs, du haut du Colomby, on la voit bien, la ville de Gex, et même le Lac Léman, Genève, son grand jet d’eau. Les Alpes sont un peu plus loin, mais le Mont Blanc, lui, reste inaccessible, émergeant des nuages comme s’il flottait au-dessus…

Pour tous ces parcours, Daniel est un berger moderne qui laisse quasiment ses brebis en autogestion. Chaque soir, il leur confie la carte du lendemain et leur explique l’itinéraire. Ainsi, dès le départ et tout au long de la journée, il met à la tête du troupeau une personnalité différente, tout en l’assistant avec pédagogie. Bon, parfois, il sème quelques pièges sur ses cartes, sous forme de sapin, ce qui les rend beaucoup plus difficiles à démasquer ! Et ces exercices laissent quelques-unes de ses brebis « intellectuellement épuisée(s) », mais voilà qui est beaucoup plus amusant qu’un gros patou qui vous aboie dessus au moindre écart !

 

Ah, elles avaient tout pour être heureuses, les bêtes du gars Daniel ! Mais hélas, le gîte Vacher, malgré son nom, n’était pas à la hauteur de ses espérances… Alors dans ce cas-là, Daniel prend les choses en main. Et puisque la journée de pluie ne permet pas de marcher, il en profite pour changer de gîte ! Pour les derniers jours, la troupe sera logée dans une ancienne abbaye, tellement agréable qu’elle retrouve vite le moral et le courage de reprendre la marche. Car le gars Daniel a tout prévu et trouve des sites et des itinéraires pour tous les temps : perte de la Valserine, descente de X km jusqu’aux lacs de Genin et de Nantua, montée au pont du diable…
Le dernier jour, la veille du départ, le soleil revient et Daniel peut emmener sa troupe sur le Crêt de Chalam. Ah, elle a fini en beauté, la semaine ! Dans la montée, attirées par la perspective de la Cascade des Etrés, les bêtes ont voulu quitter le chemin pour se rafraîchir. Mais le chemin se perdait très
vite au milieu des arbres, sur des pentes de plus en plus raides ! Il a fallu qu’il aille en chercher quelquesunes, des moins vaillantes, qui avaient peine à redescendre… Enfin, ils ont fini par trouver la cascade qui certes valait le coup d’oeil. Après une ascension sportive, Daniel peut enfin faire admirer à tous les crêtes parcourues les premiers jours qui se trouvent à même altitude, juste en face !
Voilà le dimanche matin déjà arrivé. Et malgré les cargaisons de fromages et autres douceurs que chaque voiture emporte sur le chemin du retour, on sent que les brebis sont un peu tristes de se séparer et de voir leurs vacances jurassiennes se terminer. A présent, elles attendent avec impatience de savoir sur quelle estive Daniel va les « envoyer paître » l’année prochaine !


Anne-Sophie Chaplain







CLUB ALPIN FRANCAIS NIMES CEVENNES
14 RUE FERNAND PELLOUTIER
30900  NIMES
Contactez-nous
Tél. 04 66 67 92 99
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda