Carnet de route

Grotte des Calles

Le 05/07/2014 par Barthe Mélanie

Sortie à la grotte des Calles, samedi 5 juillet 2014

Ce matin, nous avons tous rendez-vous à Bez-et-Esparon, commune située à quelques kilomètres après le Vigan.

Arrivé sur place Denis nous prévient : marche d’approche raide, salles immenses et puits fragile…

On prépare donc tout le matériel nécessaire, cordes, plaquettes, sangles, équipement personnel, on se charge et on monte !

La marche d’approche est aussi éprouvante qu’annoncée : 330 m de dénivelée positive en moins de 2km. Nous mettons un peu moins de 30 minutes pour arriver à l’entrée de la grotte. Des allemands friands de photos souterraines sont déjà sur place en train de se préparer. De notre côté, nous nous équipons : combinaison de spéléo, baudriers,… Il fait chaud, vivement l’explo !

Vers 11h00, enfin, on entre sous terre. On apprend que la grotte a été découverte il y a seulement une dizaine d’année et que l’entrée était en fait un trou de blaireau qui a été élargi. L’entrée est petite, marche à quatre pattes pour les plus petits, en rampant pour les plus grands. Rapidement on arrive dans une salle où l’on peut se redresser… pour mieux ramper à nouveau. Là, c’est vraiment étroit, tout le monde à plat ventre et on rampe ! Mais où sont les grands volumes promis par Denis ?

On sort enfin de ce petit ramping pour déboucher sur un puits (P15) qui nous permet d’accéder à une première salle immense, la salle du Balcon. On comprend que le plafond s’est effondré et nous évoluons au milieu des éboulis. La progression n’est pas facile, les rochers bougent et glissent. Nous sortons de la salle du Balcon et continuons notre exploration.

Rapidement, nous entrons dans une seconde salle encore plus impressionnante que la précédente, la salle du Phare. Les premiers spéléologues l’ont déjà traversé et ont atteint le phare, en fait une stalagmite gigantesque ! Leurs lampes nous permettent de prendre conscience de l’immensité de la salle. Là encore, le plafond s’est effondré et nous marchons au milieu des empilements de roche calcaire.

Une fois tous au pied du phare, nous nous arrêtons pour manger. Le temps passe vite sous terre, les ventres gargouillent !

Le repas fini, nous nous dirigeons vers le second puits (P24) : le puits Mikado. Denis nous fait un petit debrief « NE TOUCHEZ A RIEN !!! ». En effet, nous évoluons au milieu des blocs empilés les uns sur les autres qui ne tiennent que par des chaines ou de la mousse expansive… Ce puits porte bien son nom : si tu touches, tout s’effondre ! Une fois ce passage délicat passé, un toboggan (T15) nous attend. Arrivé en bas on se sent enfin en sécurité !

Nous évoluons maintenant au sein d’une galerie aux dimensions impressionnantes. Ici encore, la progression se fait au milieu des éboulis. Cette seconde partie de la grotte est plus concrétionnée, gours, fistuleuses, draperies, murs tapissés d’aragonite,… C’est magnifique. Denis en profite pour faire de nombreuses photos ! Quelques passages délicats et une remontée sur corde plus loin, nous sommes déjà arrivés au bout du réseau. Il est 17h et c’est maintenant le moment de rebrousser chemin.

Le retour se fait sans encombre. Le puits Mikado est toujours aussi impressionnant, voire plus puisqu’en remontant, on a une vue « superbe » sur les blocs empilés au-dessus de nos têtes ! En sortant de la grotte, la chaleur nous saute au visage : il faisait meilleur sous terre ! A 21h, nous sommes de retour aux voitures. Un bon apéro (au Perrier !) nous permettra de reprendre des forces et débriefer sur cette exploration qui s’est révélée magnifique, impressionnante et bien physique !

Mélanie BARTHE, 08/07/2014

 

Organisateur : Denis

Présents : Denis, Damien, Eden, Guillaume, Gaël, Mickael, Jean-Luc, Jean-Paul, Damien, Mélanie







CLUB ALPIN FRANCAIS NIMES CEVENNES
14 RUE FERNAND PELLOUTIER
30900  NIMES
Contactez-nous
Tél. 04 66 67 92 99
Permanences :
jeudi 20:00-22:00
Agenda